Vendée

 

Vendée, noble pays, au front audacieux

Oublieras-tu ton nom ? Qu’as-tu fait de tes lois ?

O terre de mes aïeux, ne te souviens-tu pas

De ton Roi, de ton Dieu ?

 

Jadis chez tes enfants l’honneur était inné

Tes hommes fiers et droits le portaient sur leur tête

La Rochejaquelin, et Bonchamps et Charette

Sont là pour témoigner !

 

Leur devise était telle : ‘Un seul Maître, un seul Roi’.

Ils partaient au combat, chantant dans tes campagnes

Le ‘Vexilla Regis’. Et laissaient leurs compagnes

Insignes de leur Foi !

 

Ils n’étaient pas des traîtres ! Ils mouraient pour leur Dieu !

Ils portaient au côté et le Cœur de leur Maître

Et toute la vaillance que pouvait leur permettre

L’Auguste Roi des Cieux !

 

Maintenant, ô Vendée ! tu renies ton passé…

Pourquoi dédaignes-tu ceux qui pour toi moururent ?

Pourquoi ne songes-tu désormais qu’au futur ?

O terre prédestinée !

 

A la révolution tu t’étais anoblie

Par ton courage immense, par les nombreux martyrs

Aujourd’hui tes enfants et tous ceux qui périrent

Sont tombés dans l’oubli.

 

Vendée, ô mon pays au passé glorieux

Aurais-tu oublié ceux que tu engendras ?

O terre de mes aïeux, ne te souviens-tu pas

De ta Foi, de ton Dieu ?

 

Je t’aime et je t’admire, pays au noble cœur,

O toi qui sus défendre avecque tant d’ardeur

Ton amour pour ton Roi, ta vie et son honneur ;

O terre de Géants et de genêts en fleur… !

 

Anne Onyme