Temps de grâce


Les temps que nous vivons sont des temps de grâce. Pourquoi ?

Pour plusieurs raisons.

Le confinement obligé doit permettre à nous tous de prendre du recul sur les événements, un peu comme lors d’une retraite où nous sommes volontairement coupés de nos activités ordinaires, pour quelques jours. « Cinq jours, une éternité » disent les prédicateurs. Voici à présent plus de cinq semaines que nous sommes coupés des uns et des autres. Le contact ne se fait plus que par téléphone, courriel. Parfois nous avons, nous prêtres, la possibilité de voir des fidèles lors de nos déplacements. Ces contacts sont brefs et espacés. Confession, communion, messe, quand tout cela est possible encore.

Voici un temps de grâce pour ces fidèles qui ont, par miséricorde divine et le zèle de prêtres dévoués et n’ayant pas de crainte de sillonner les routes, poursuivant ce beau ministère sacerdotal à la conquête des âmes.

Ce n’est pas le seul temps de grâce. En voici d’autres : celui de prier davantage, lire également, étudier le catéchisme.

Autre temps de grâce : nous comprenons à la lumière des temps actuels que la bataille entre les deux Cités se fait plus serrée. Nous avons déjà évoqué la lutte entre Dieu et Satan à travers les mots que nous écrivons ou que nous relayons sur ce site internet.

Le 17 mars, nous citions l’évangile en commençant notre mot par ces paroles : « Si vous ne faites pénitence, vous périrez tous. »
Le 24 mars, fête de saint Gabriel Archange, nous citions le Cardinal Pie qui disait « la délivrance ne viendra désormais que du Ciel », et nous commentions ces paroles à la lumière du message de Fatima.
Le 26 mars, nous parlions de la
« pénitence », citant un passage clé de Louis Veuillot sur l’aveuglement orgueilleux des hommes.
Le 27 mars, avec Notre-Dame, nous faisions nôtres sa
« prière d’exposition ».
Le Jeudi saint, 9 avril, nous citions quelques passages les plus clairs de ce combat gigantesque de l’enfer contre le Ciel, avec l’assurance totale promise et certaine du Christ-Roi contre le démon et ses suppôts.
Le Samedi saint, 11 avril, nous avons publié l’adresse faite par Mgr Viganò, demandant que l’on prie le petit Exorcisme de Léon XIII. Chers amis, récitez-le régulièrement, à genoux et avec de l’eau bénite à portée de main.
Le vendredi de Pâques, nous évoquions
« les passages de Jésus ressuscité. » Ces passages nous concernent car le divin Maître passe aussi pour nous, si nous avons les yeux de la Foi.
Nous avons écrit un mot ayant pour titre
« Bataille décisive », le mardi 21 avril.
Nous poursuivons.
Très prochainement vous lirez une lettre pastorale de Mgr Alain de Boismenu, évêque des Papous. Je ne vous en dis pas plus…

Le démon fait voir ses griffes à travers les événements. Il suffit de lire les titres des journaux, voir ce que prépare, par exemple, Bill Gates avec le vaccin et sa puce :

                      « Hydroxychloroquine ou vaccin de Bill Gates ? Un enjeu totalitaire et mondialiste
Le Prix Nobel de Médecine Luc Montagnier a déclaré que le coronavirus sortait du laboratoire P4 de Wuhan, en Chine. Or, ce laboratoire avait été inauguré… par une délégation française composée notamment du ministre Cazeneuve et du Docteur Yves Lévy, époux d’Agnès Buzyn, alors ministre de la Santé.
Ce même tandem Buzyn/Lévy a tout fait pour tenter de discréditer le Professeur Raoult et le traitement à l’hydroxychloroquine.
Dans les médias, des « experts » ont également été sollicités pour discréditer le Professeur Raoult et l’hydroxychloroquine sans préciser que ces mêmes médecins étaient liés financièrement à de grandes entreprises pharmaceutiques internationales qui ont l’intention de commercialiser un coûteux vaccin.
Le promoteur principal de ce vaccin est Bill Gates, le fondateur de Microsoft, présenté aux naïfs comme un philanthrope. Or Bill Gates possède des parts dans les principales industries pharmaceutiques travaillant sur un projet de vaccin contre le coronavirus. Bill Gates finance également ID2020, un projet de traçabilité numérique universelle. Et ID2020 a signé un accord avec GAVI, l’Alliance Globale pour les Vaccins et l’Immunisation, financée par la Fondation Bill & Melinda Gates, et dont la présidente du conseil d’administration est une ancienne directrice générale de la Banque mondiale. L’accord signé entre ID2020 et GAVI vise à inclure un implant de traçabilité numérique universelle dans les vaccins.
Ajoutons que la Fondation Bill & Melinda Gates et l’industrie pharmaceutique sont les principaux bailleurs de fonds privés de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
Voilà pourquoi l’OMS, Bill Gates et Jacques Attali s’accordent à répéter que la clé du déconfinement final passe par la vaccination.
Que m’importe d’être épargné par le coronavirus si c’est pour finir esclave du Nouvel Ordre Mondial avec un implant qui permet à « Big Brother » d’épier tous mes faits et gestes. »


(Communiqué de CIVITAS par son Président, Alain Esacada, 20/04/2020)

« Le coronavirus continue de jour en jour de servir de prétexte pour faire avancer le plan mondialiste. La riche Fondation Bill & Melinda Gates a appelé à une coopération mondiale pour préparer les vaccins contre le COVID-19 pour sept milliards de personnes.


Bien qu’il faille probablement jusqu’à 18 mois pour développer ce vaccin, les autorités et les entreprises du monde entier doivent commencer dès maintenant à planifier leur fabrication, a demandé Mark Suzman, le directeur général de la Fondation Bill & Melinda Gates.


“Il y a sept milliards de personnes sur la planète”, a-t-il déclaré. “Nous allons devoir vacciner presque tout le monde.”


“De toute évidence, pour nous, l’Organisation Mondiale de la Santé est un partenaire très solide et fiable”, a déclaré Mark Suzman, confirmant que la Fondation Gates est la deuxième source de financement de l’OMS après les États-Unis. Et elle pourrait devenir la première source de financement de l’OMS si Donald Trump suspend comme il l’a dit le financement américain.


Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a également convoqué une réunion pour le 4 mai afin de financer la création et le déploiement mondial d’un vaccin.


“Il n’y aura pas de retour à la “normale” tant qu’il n’y aura pas de vaccin”, a déclaré Suzman, selon un mantra répété désormais par tous les tenants du mondialisme. » (Source : MPI - 22/04/2020)

Pour l’heure, et elle est grave, je vous invite, n’ayant d’autre titre que celui de mon sacerdoce pour le faire : priez l’Archange saint Michel et l’Immaculée Mère de Dieu !

Temps de grâce : saisissons l’offre divine qui nous est faite, ne la laissons pas passer. Convertissons-nous ! Prions, faisons pénitence.

Abbé Dominique Rousseau
24 avril 2020

Sancte Michael Archangele, defende nos in prælio, contra nequitiam et insidias diaboli, esto præsidium. Imperet illi Deus, supplices deprecamur : tuque, Princeps militiæ caelestis, Satanam aliosque spiritus malignos, qui ad perditionem animarum pervagantur in mundo, divina virtute, in infernum detrude. Amen.

Saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat ; soyez notre secours contre la malice et les embûches du démon. Que Dieu exerce sur lui son empire, nous le demandons en suppliant. Et vous, Prince de l’armée du ciel, repoussez en enfer, par la force divine, Satan et les autres esprits mauvais qui rôdent dans le monde pour la perte des âmes.

 

Ainsi soit-il.


Prière de saint Pie X à la Vierge Immaculée


Vierge très sainte, qui avez plu au Seigneur et êtes devenue sa Mère, Vierge immaculée dans votre corps, dans votre âme, dans votre foi et dans votre amour, de grâce, regardez avec bienveillance les malheureux qui implorent votre puissante protection.


Le serpent infernal, contre lequel fut jetée la première malédiction, continue, hélas ! à combattre et à tenter les pauvres fils d’Ève.


Ô vous, notre Mère bénie, notre Reine et notre Avocate, vous qui avez écrasé la tête de l’ennemi dès le premier instant de votre Conception, accueillez nos prières, et, nous vous en conjurons unis à vous en un seul cœur, présentez-les devant le trône de Dieu, afin que nous ne nous laissions jamais prendre aux embûches qui nous sont tendues, mais que nous arrivions tous au port du salut, et qu’au milieu de tant de périls, l’Église et la société chrétienne chantent encore une fois l’hymne de la délivrance, de la victoire et de la paix.

Ainsi soit-il.