Sanctification du dimanche en temps de crise et de persécution

En ces jours de confinement où l'assistance à la messe est impossible pour beaucoup de fidèles, rappelons qu’il faut distinguer :

  • le commandement de Dieu, qui est général (Tu sanctifieras le jour du Seigneur)

  • et le commandement de l’Église qui vient préciser le commandement de Dieu en imposant l’assistance au saint sacrifice de la messe.

 

En temps normal, l’un et l’autre s’imposent, sous peine de faute grave, à tout baptisé ayant atteint l’âge de raison, mais des circonstances peuvent dispenser du commandement de l’Église (assistance à la messe) sans que cela dispense du commandement de Dieu.

Quand l’assistance à la messe est impossible, il faut sanctifier le dimanche autrement, en donnant du temps à la prière et à l’instruction chrétienne (au moins l’équivalent d’une messe basse dominicale, qui comprend, normalement, un sermon).

On peut, pour cela, lire les textes de la messe et méditer le chapelet ou le rosaire, si possible en famille.

Ceux qui le veulent peuvent aussi :

  • écouter les sermons du couvent en les téléchargeant sur notre site.

  • faire une lecture spirituelle, par exemple en reprenant des articles du Sel de la terre ou des plaquettes des éditions du sel.

 

Ces principes valent pour le dimanche et pour les fêtes d’obligation (qui sont au nombre de dix dans le Code de droit canon de l’Église universelle, mais ont été réduites à quatre pour la France, depuis le Concordat de 1801 : Noël, Ascension, Assomption, Toussaint).