Pour Jésus !


Quelque temps avant sa Passion, dans une parabole, le divin Maître affirmait qu’il récompenserait ceux qui avaient fait quelque chose pour l’un des siens : « C’est à moi-même que vous l’avez fait » (Mt 25, 40).

Ces bienfaits indirects ont déjà une récompense. Que dire alors des bienfaits directs à Notre-Seigneur ? Ouvrons les Évangiles et nous serons dans l’émerveillement, en ce temps de Pâques.

Le Christ Roi n’oublie rien de ce qui a été fait pour lui, nous le voyons dans les différentes apparitions du Sauveur ressuscité.

Nous avons vu comment Madeleine et les saintes femmes ont bénéficié, avant même les apôtres, de la visite de Jésus. C’est Madeleine qui le verra en premier. Son zèle, son audace sont bien payés. C’est elle qui avant la Passion a répandu sur la tête du Sauveur un nard de grand prix, estimé par le traître Judas de la somme de trois cents deniers (une année de salaire ; voir la parabole des vignerons). Gaspillage selon Judas et ceux qui suivront au cours des âges son triste

exemple :


« Qui leur a dit que les pauvres n’ont que faire de beauté ? Qui leur a dit que le respect des pauvres ne demande pas qu’on leur propose une religion belle, comme on leur propose une religion vraie ? Qui les rend si insolents envers les pauvres que de leur refuser le sens du sacré ? Qui leur a dit que les pauvres trouvent mauvais de voir un Évêque présider une procession, crosse en main et mitre en tête, et s’approcher d’eux pour bénir leurs petits enfants ? Sont-ce les pauvres qui ont crié au gaspillage quand Marie-Magdeleine a répandu le nard sur la tête de Jésus, jusqu’à briser le vase pour ne rien épargner du parfum ? Qui leur a dit surtout que, les Évêques dépouillés des marques liturgiques de leur autorité, les prêtres en seront plus évangéliquement dévoués aux pauvres ? Qui leur a dit que les honneurs extérieurs rendus aux Évêques ne sont pas une garantie faute de laquelle l’évangélisation des pauvres n’aurait plus, aux yeux des pauvres mêmes, aucune marque d’authenticité, sans laquelle l’évangélisation des humbles ne serait plus assez humble elle-même, n’ayant plus le caractère d’une mission reçue d’une autorité visiblement supérieure, mais tous les dehors de l’entreprise d’un prédicant particulier ? » (Abbé V.A. Berto - Itinéraires 132)

Somme exorbitante versée en quelques instants par l’ancienne pécheresse, pour le Sauveur, somme qui manifeste un amour plénier pour Lui. La récompense est en mesure du don qu’elle a fait d’elle-même. Qui n'a pas tout donné n'a rien donné. Marie-Madeleine a tout donné ! Elle reçoit Jésus en retour !

Les saintes femmes ne sont pas laissées pour compte lors de la Résurrection. Elles verront Jésus, pourront baiser ses pieds, L’adorer.

Les apôtres aussi seront gratifiés de belles et touchantes apparitions. En ce dimanche de Quasimodo, prenons pour exemple Thomas l’incrédule. Qu’a-t-il fait pour que Jésus vienne en particulier pour lui, alors que cet apôtre pose des conditions à Dieu ? C’est dangereux de dire à Dieu ce qu’il doit faire ! En tout cas, ça n’est pas dans l’ordre des choses… ! Thomas, lorsque Jésus dit, à la mort de Lazare, qu’il va se rendre à Jérusalem (qui déjà cherche à tuer Jésus), dira aux autres apôtres : « Allons-y, et mourons avec lui ». Parole sans lendemain sans doute car lorsque le Christ est pris par les gardes menés par Judas, tous s’enfuient, Thomas inclus. Mais cette parole bien généreuse est gravée en mémoire dans le Cœur de Jésus qui fera provoquer par l’apôtre ce sublime acte de Foi : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

En ce dimanche, beaucoup de fidèles ne pourront hélas pas assister à la sainte Messe. Qu'ils répètent du moins, en union avec toutes les vraies Consécrations des Messes qui auront lieu en ce jour, les paroles de l'apôtre saint Thomas :

« Mon Seigneur et mon Dieu ! »

Pendant que nous en avons le temps, faisons comme les saintes femmes, les disciples, les apôtres : faisons quelque chose pour Jésus ! Un acte de charité, de patience envers un membre de notre famille, de nos amis, une prière, un sacrifice.

Pour Jésus !

« Viens, bon et fidèle serviteur, entre la joie de ton Maître » ; voici la divine récompense promise. Haut les cœurs !

Abbé Dominique Rousseau
Dimanche de Quasimodo 2020