Monseigneur LEFEBVRE était-il complotiste ?

 

    Dans son édition du mois de mai 2020, une revue d’informations religieuses rédigée par des clercs se réclamant de la Tradition catholique a publié un article sur « Les complotistes ». Son auteur exerce des responsabilités importantes au service de la formation des futurs prêtres.

    Ce texte fait référence à l’apparition du Coronavirus et à ses conséquences. Si le début suscite plutôt l’adhésion, les développements qui s’ensuivent, assez abscons, deviennent déroutants. 

     Le rédacteur reproche en fait aux personnes qui cherchent à connaître les causes de la crise du Covid-19 d’être au fond dépourvus de sagesse et d’ordre, voire déshonnêtes et tourmentés : « La curiosité est une déformation - une déviation - de notre désir naturel de savoir » affirme-t-il. Qu’il suffise aux personnes de se contenter de « se hisser à la hauteur de la cause première : Dieu et sa Providence ». Seule cette approche « nous rendra vraiment sages, philosophes, et même théologiens ».

    Bref, le lecteur ne peut, à ces lignes, que se sentir culpabilisé de vouloir identifier les ressorts de cette machination oligarchique en cours sous prétexte d’une supposée catastrophe sanitaire.

    Oui, en tant que catholiques, nous croyons fermement à la Providence divine : Dieu dirige et règle toutes choses dans l’Univers. Il permet les épreuves soit en vue d’un plus grand bien, soit en vue de châtier les pécheurs pour leur impénitence obstinée.

    Nous croyons aussi que nous avons le devoir, certes avec raison et discernement, d’avoir connaissance « des résolutions concertées en commun et secrètement - par des sociétés d’influence – dans un dessein coupable » (définition du mot « complot » dans Le Petit Larousse illustré de 1931). J’en veux pour preuve la promotion accordée largement par les autorités religieuses de la Tradition à l’ouvrage de référence « Maçonnerie et sectes secrètes : le côté caché de l’histoire » rédigé par le collectif Epiphanius et édité par les Publications du « Courrier de Rome » en 1999.

    Ne pas chercher à se tenir informés des causes du chaos actuel ne serait-il pas au contraire faire le jeu des conjurés mondialistes ?

    Si nous n’avions qu’une seule raison de justifier notre quête de sens, c’est de nous tourner vers le fondateur de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, Son Excellence Monseigneur Marcel LEFEBVRE. Son combat persévérant en faveur de la Vérité inspire notre ligne de conduite.

    Ainsi, dans de nombreuses conférences, dans nombre de ses ouvrages, Monseigneur cite souvent les œuvres de l’historien catholique antirévolutionnaire, Jacques CRETINEAU-JOLY (1803 – 1875). Celui-ci a d’ailleurs préfacé le Tome 1 de « L’Eglise Romaine en face de la Révolution » écrivant « que Les jeunes catholiques et français lisent attentivement ce livre ; ils y trouveront nombre de précieux exemples sur les causes et les origines de la grande crise religieuse et politique que nous connaissons aujourd’hui (1976) ». (éditions Chiré)

    Un autre exemple ? Dans son livre « Ils l’ont découronné », Monseigneur LEFEBVRE traite largement du complot libéral de Satan contre l’Eglise et la Papauté. Il reprend de larges extraits de l’étude de Jacques CRETINEAU-JOLY, dénonçant les conspirations de la Haute-Vente des carbonari de 1820 à 1846, publiée à la demande du pape Grégoire XVI, puis entériné par le pape Pie IX.

    Et maintenant, amis lecteurs, écoutez-bien ses propos : « Si les papes ont demandé que l’on publiât ces documents, c’est pour que les fidèles sachent la conjuration ourdie contre l’Eglise par les sociétés secrètes, qu’ils en connaissent le plan et soient prémunis contre une éventuelle réalisation ».

Ces recommandations ne sont-elles pas d’une brûlante actualité ? 

Dès lors, ne craignons pas de nous livrer à une saine curiosité : la vigueur de notre pugnacité en dépend !


Catherine TERIAC
27 juillet 2020