"Merci Monsieur l’abbé !"

Depuis des semaines à présent, nombre de prêtres sillonnent les routes, désertes au début du confinement et maintenant plus fréquentées au fil des jours qui passent.

Ces prêtres visitent leurs malades et, en ce temps de Pâques, toutes les âmes sont malades et désirent recevoir la sainte Eucharistie et aussi purifier leur conscience des fautes afin de recevoir le plus dignement possible Jésus-Hostie. Rien de plus normal pour des âmes bien nées et restaurées par le Christ fait Chair, venu en ce monde pour le sauver du démon, « l’adversaire cherchant qui dévorer » (cf. 1 Petr. 5, 8-9).

Messes à domicile, consécrations d'hosties nécessaires pour un passage dans d'autres familles et ainsi communions données à d’autres âmes, confessions avant réception de la divine Hostie, prières en famille.

 

Que de grâces pour le prêtre de pouvoir ainsi dispenser la Vie aux âmes assoiffées de Jésus !

 

Que de bienfaits aussi pour ces âmes qui ne peuvent se rendre dans les chapelles, les églises.

 

Que de sacrifices généreusement offerts en ces tristes temps par les fidèles... Les prêtres mesurent au cours des semaines cette réalité : les églises, les chapelles ne peuvent pas recevoir les fidèles... Les églises ont été bâties pour les fidèles, et cette possibilité leur est injustement refusée. Nous sommes dans un Etat athée. La persécution religieuse est bien présente, sans effusion de sang, pour le moment du moins.

 

Ces passages en famille sont encore une occasion merveilleuse encore pour que le prêtre puisse passer un peu de temps avec des fidèles, qu’en d’autres temps il n’aurait pas connus peut-être… c’est la réalité.

Ces semaines d’épreuve auront été pour beaucoup des temps de grandes grâces, et pour les prêtres, et pour les fidèles qu’ils auront pu ainsi visiter, à travers les sacrifices consentis et offerts.

Ce dernier dimanche, celui du Bon Pasteur, avait lieu dans une chaumière la sainte Messe, célébrée pour quelques âmes. C’était la première fois que dans cette maison une Messe était célébrée. Messe chantée, sermon de circonstance, assistance recueillie. On imagine dans ces moments-là les Messes qui furent célébrées sous la Terreur, en pleine Guerre de Vendée.

Silence émouvant après la Consécration, tandis que Dieu est présent dans ce nouveau Béthanie. Action de grâces prolongée : « Zachée, descends vite, car il faut aujourd’hui que je demeure dans ta maison. » (Lc 19, 5)

Puis les enfants firent leur prière du soir et partirent se coucher, tandis que le dîner s’achevait, à la lueur des chandelles.

... Instant solennel dans sa simplicité, lorsque chacun des enfants vint saluer le prêtre. Pétillement dans les yeux, émotion dans la voix de ces petits qui saisissaient le présent éternel qui venait de se dérouler, chez eux… Jésus-Eucharistie, Sacrifice renouvelé pour eux, chez eux… "Ceci est mon Corps... Ceci est mon Sang..."

« Oh merci Monsieur l’abbé pour la sainte Messe ! »

Mon Dieu, suscitez des âmes sacerdotales en nos temps d’apostasie !

Mon Dieu, faites germez dans les âmes des enfants la Soif des âmes !


Un prêtre de Jésus-Christ
28 avril 2020
Fête de saint Louis-Marie Grignion de Montfort