Parce que nous n'avons pas le droit de prier, parce que nous n'avons pas le droit de réciter le chapelet....

00:00 / 02:14

Discours d'Alain Escada président de Civitas

Discours-Alain-Escada-Vichy-15_11_20Artist Name
00:00 / 05:52

Je suis Chrétien, voilà ma gloire !

 

« Pour mériter la gloire immortelle du Ciel, nous sommes appelés à redécouvrir – à une époque dépourvue de valeurs telles que l’honneur, la fidélité à la parole donnée, l’héroïsme – un aspect fondamental pour tout baptisé : la vie chrétienne est une milice, et avec le sacrement de confirmation nous sommes appelés à être des soldats du Christ, sous la bannière duquel nous devons combattre. (…)

(Que peuvent faire les ennemis de Dieu ?) Vous chasser de vos églises, peut-être ; et alors quoi ? Personne ne pourra jamais vous empêcher de célébrer le Saint Sacrifice même sur un autel de fortune dans une cave ou dans un grenier, comme les prêtres réfractaires pendant la Révolution française, ou comme cela se passe encore dans la Chine aujourd’hui. Et s’ils essaient de vous chasser, résistez : le droit canon sert à garantir le gouvernement de l’Église dans la poursuite de ses principaux objectifs, et non à la démolir. (…) Les fidèles laïcs ont aujourd’hui une tâche sacrée : réconforter les bons prêtres et les bons évêques, en se rassemblant autour d’eux comme les brebis autour de leur berger. (…) Nous ne devons pas nous rebeller, mais nous opposer. (…) Le remède à la corruption des mœurs est de vivre constamment en présence de Dieu, mais l’obéissance ne peut se pervertir en une stupide servilité ; le respect de l’autorité ne peut être perverti en courtisanerie. Et n’oublions pas que s’il est du devoir des laïcs d’obéir à leurs pasteurs, le devoir des pasteurs d’obéir à Dieu, usque ad effusionem sanguinis (jusqu’à l’effusion du sang), est encore plus grave. »

 

 

Ce que n’imaginait pas Mgr Viganò en écrivant ces mots au début de septembre dernier, le gouvernement français, par la voix du Ministre de l’Intérieur, vient de le réaliser : la messe est interdite dans et hors de nos églises, la prière est interdite.

 

Nous sommes ici, sur son parvis de l’église Saint-Louis de Vichy, pour manifester notre revendication d’un droit qui nous appartient et que nul ne peut nous ôter : dire qui nous sommes. Nous sommes catholiques.

 

Par décision du gouvernement français, le culte public a de nouveau été interdit sous couvert d’une épidémie et pour protéger les citoyens de la prolifération du Covid. Monsieur Darmanin dit vouloir défendre la vie, la santé. C’est son but, dit-il et pour ce faire il interdit aux catholiques toute manifestation extérieure et publique de leur foi. Il ne voit dans l’homme que la vie matérielle, animale et sensible. Ainsi l’homme peut et doit travailler, l’homme peut encore faire des courses jugées nécessaires : il peut encore se nourrir. Mais la partie spirituelle de l’homme - la plus noble, la plus belle - est rayée d’un coup de crayon. Le Ministre et tout le gouvernement sans exception se font les défenseurs de la vie ! Ah, de quelle vie s’agit-il ? lorsqu’on sait que l’avortement, un crime odieux par conséquent, est rendu encore d’accès plus facile depuis cette année 2020 ! lorsqu’on sait que les personnes âgées sont délaissées dans les Ephad, meurent sans soin, ou que leur mort est accélérée par un médicament un peu trop fort ! Messieurs, ne dites pas que vous êtes les défenseurs de la vie. Vous mentez et vous êtes des fossoyeurs pour l’humanité entière, car c’est bien de cela qu’il s’agit.

 

Des grands sanctuaires aux plus petites églises de notre pays, tous les édifices religieux sont fermés à nouveau, empêchant que le peuple des baptisés puisse prier et rendre à Dieu le culte qui lui est dû. On vante tant des droits de l’homme depuis 1789 ! Eh bien, parlons-en aujourd’hui ! Le droit le plus strict qu’a l’homme par rapport à son Créateur, Seigneur et Rédempteur, ce droit lui est refusé : rendre à Dieu l’hommage, la vénération, l’adoration qui lui revient. Le Christ est Roi et il a revendiqué face à Caïphe et à Ponce-Pilate ce Titre de gloire qui lui revient en propre. Ce n’est pas une usurpation : il est Roi dès son Incarnation, il est Roi par sa conquête sur la Croix. Mais l’État athée, laïc et maçon lui refuse le droit qu’il détient par Lui-même. L’Écriture sainte est nette et catégorique sur ceux qui dénient à Dieu ses droits : « ils périront ».

 

Si nous sommes ici en ce dimanche, Jour du Seigneur, c’est pour manifester notre attachement à Notre-Seigneur Jésus-Christ, Roi. C’est pour nous un devoir. Un devoir sacré.

 

Le Covid-19 puis le Covid-21, déjà programmé, le second confinement puis le troisième confinement, déjà annoncé, outre le résultat catastrophique d’une économie vacillante, de jeunes qui, espérant avoir un emploi, sombrent dans une inquiétude bien légitime, de professeurs et d’élèves (dès l’âge de 6 ans !) qui doivent se masquer pour se côtoyer et communiquer un savoir et le recevoir (ne voit-on pas l’aberration dans le principe ?), ce coronavirus et ses conséquences a pour but celui-ci : l’asservissement d’une population, la sujétion du monde entier dans une terrible dictature et tyrannie. Ce que n’ont réussi ni Staline, ni Mao, ni Hitler, ceux qui se réclament de nos jours de l’esprit des Lumières prétendent y parvenir : faire des récalcitrants des soumis dans les futures maisons de rééducation, autrement dit les goulags du 21ème siècle !

 

Écoutons à nouveau les paroles de Mgr Viganò : « Pour mériter la gloire immortelle du Ciel, nous sommes appelés à redécouvrir – à une époque dépourvue de valeurs telles que l’honneur, la fidélité à la parole donnée, l’héroïsme – un aspect fondamental pour tout baptisé : la vie chrétienne est une milice, et avec le sacrement de confirmation nous sommes appelés à être des soldats du Christ, sous la bannière duquel nous devons combattre. (…) jusqu’à l’effusion de notre sang ! ».

 

Le programme est tout tracé, il est clair. Je suis prêtre et vendéen de surcroît. En Vendée comme en d’autres parties de notre pays, il y a eu des prêtres réfractaires. Ils célébraient la sainte Messe dans des granges, dans des bois. Nous sommes ce soir sur un parvis d’église, ouverte pour la prière privée mais fermée pour le culte public. Nous voulons réagir publiquement. Honneur soit rendu au mouvement de Civitas qui a insisté auprès de la Préfecture de l’Allier pour que notre manifestation soit maintenue, malgré bien des obstacles !

 

Non possumus. Nous ne pouvons pas nous taire en nous contentant d’un pis-aller. Se faisant pour l’occasion théologien, Monsieur Castaner alors ministre de l’Intérieur et des Cultes disait en mars 2020 qu’on peut prier chez soi et que cela suffit., faites votre travail et laissez les hommes d’Église faire le leur. La religion est une affaire publique. Monsieur le Ministre, si vous êtes baptisé, revoyez votre catéchisme !

 

Pour achever ces quelques mots, je laisserai la parole à Mgr Marcel Lefebvre qui cite le Cardinal Pie, évêque de Poitiers :

 

« Le dessein de Dieu est de « tout récapituler dans le Christ » (Eph 1.10), c’est-à-dire de ramener toutes choses à un seul chef, le Christ. Le pape saint Pie X prendra cette même parole de saint Paul comme sa devise : « omnia instaurare in Christo », tout instaurer, tout restaurer dans le Christ, non seulement la religion, mais la société civile :

« Non, Vénérables Frères - il faut le rappeler énergiquement dans ces temps d’anarchie sociale et intellectuelle, où chacun se pose en docteur et en législateur, - on ne bâtira pas la société autrement que Dieu l’a bâtie ; on n’édifiera pas la société, si l’Église n’en jette les bases et ne dirige les travaux ; non, la civilisation n’est plus à inventer ni la cité nouvelle à bâtir dans les nuées. Elle a été, elle est ; c’est la civilisation chrétienne, c’est la cité catholique. Il ne s’agit que de l’instaurer et la restaurer sans cesse sur ses fondements naturels et divins contre les attaques toujours renaissantes de l’utopie malsaine, de la révolte et de l’impiété : « omnia instaurare in Christo ». (Saint Pie X, Lettre sur le Sillon, Notre charge apostolique, 25/08/1910)

 

L’erreur profonde du libéralisme, Mgr Pie osa l’exposer, ainsi que la doctrine catholique du Règne social de Notre-Seigneur Jésus-Christ, à l’empereur des Français, Napoléon III. Dans une entrevue mémorable, avec un courage tout apostolique, il donna au prince une leçon de droit chrétien, de ce qu’on appelle le droit public de l’Église :

 

C’était le 15 mars 1856. (P. Théotime de Saint Just : La royauté sociale de Notre-Seigneur Jésus-Christ, d’après le Cal Pie, 1925, p. 117-121). A l’Empereur, qui se flattait d’avoir fait pour la religion plus que la Restauration elle-même, l’évêque répondit :

« (…) C’est le droit de Dieu de commander aux États comme aux individus. Ce n’est pas autre chose que Notre-Seigneur est venu chercher sur la terre. Il doit y régner en inspirant les lois, en sanctifiant les mœurs, en éclairant l’enseignement, en dirigeant les conseils, en réglant les actions des gouverne­ments comme des gouvernés. Partout où Jésus-Christ n’exerce pas ce règne, il y a désordre et décadence.

(…) Je suis évêque, et comme évêque je leur réponds : « Le moment n’est pas venu pour Jésus-Christ de régner, eh bien ! alors le moment n’est pas venu pour les gouvernements de durer ».

 

Méprisant et foulant aux pieds par des lois iniques les droits de Notre-Seigneur, les gouvernements se succèdent et tombent toujours plus bas. Qui ne sert Dieu sombre dans le chaos. De Dieu, on ne se moque pas ! Grands et petits, riches et pauvres, ministres ou évêques, roi, président ou pape, nous comparaîtrons tous devant un seul et unique Juge : Notre-Seigneur Jésus-Christ, Roi ! Alors il dira aux bons qui ont fait sa Volonté : « Viens dans la joie de ton Maître ». Alors il dira aux méchants qui se sont moqués de lui et qui ont scandalisé les plus petits des siens, qui ont empêché les humbles de prier : « Je ne te connais pas. »

 

Saint Louis, Roi de France, du haut du Ciel priez pour nous !

Sainte Jeanne d’Arc, sauvez la France !

Saints et saintes de Dieu, intercédez pour nous !

Saint Michel Archange et toute la Milice angélique, protégez-nous, défendez-nous dans nos combats actuels et à venir !

Vierge Marie, Tour de David, « forte comme une armée rangée en bataille », secourez-nous, protégez-nous, sauvez-nous !

Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.

 

Abbé Dominique Rousseau

Vichy, 15 novembre 2020, devant l’église Saint-Louis

Bénédiction-abbé-RousseauAbbé Rousseau
00:00 / 00:21

A la semaine prochaine, venez nombreux !

00:00 / 00:28