Lumière dans la nuit obscure

Des voix s’élèvent sur la « Crise-Covid »

 

 

Chers lecteurs,

 

Ci-dessous nous mettons en ligne l’excellent « Commentaire Eleison » de Mgr Williamson, de ce 19 décembre.

 

Au moment où nous lisions ce commentaire qui nous fournit un éclairage catholique sur la crise ‘covaïdale’, vraie tyrannie où la « bête » annoncée par saint Jean dans l’Apocalypse montre ses griffes, ses fourches et sa queue diabolique, nous recevons également l’interview du Professeur Christian Perronne, démis hier de ses fonctions de chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l’Hôpital Raymond-Poincaré (92). Depuis le début de la folie du Covid, le Professeur dénonce la dictature sanitaire. Il persiste et signe.

Un seul bémol sur ses propos : à la différence du Docteur, notre référence ne prend pas racine dans les prétendus Droits de l’homme (1789), mais dans les Droits de Dieu. Ceci étant dit, nous approuvons les propos du Professeur.

 

La Rédaction

19 décembre 2020

Logique Covidienne

 

Satan sera toujours, sera partout vaincu,
Mais parmi tous nos frères, beaucoup seront perdus.

 

« A chaque jour suffit sa peine », dit Notre Seigneur dans le Sermon sur la Montagne (Mt. VI, 34). Ne nous inquiétons pas du lendemain plus que de raison, car ce qui nous cause tant de souci peut très bien ne jamais arriver. C’est pourquoi les projets du gouvernement canadien concernant l’avenir de Covid-19, déjà brièvement présenté il y a six semaines dans un paragraphe de ces « Commentaires », intéressent moins pour leurs détails ou pour leur calendrier, car tout cela peut changer. Lénine ne voulait-il pas que la Révolution reste, partout, souverainement adaptable ? Mais ce qui présente un réel bénéfice pour les âmes, c’est de discerner la logique combinant entre eux les éléments de la Révolution, afin qu’on ne soit pas complètement pris de court par la façon dont les événements risquent de se dérouler bientôt.

 

La crise mondiale actuelle s’articule en trois niveaux en commençant par le bas. La Révolution a d’abord réussi à s’emparer de l’économie (troisième niveau) en automne 2019 avec l’aide de La Réserve Fédérale américaine. Celle-ci, sous prétexte de sauver l’économie américaine de plus en plus chancelante, injecta des montants faramineux de monnaie bidon, asservissant ainsi les bénéficiaires sous des montagnes de dettes. Puis, au printemps 2020, les révolutionnaires se mirent à enchaîner la politique (deuxième niveau) du monde entier en répandant partout l’énorme mensonge du Covid, à savoir que le virus représenterait, à l’instar de la peste bubonique, un effrayant danger pour les hommes. Sous ce prétexte de santé publique, habilement choisi, se dissimule en fait le projet de rendre esclave le culte public de la religion (premier niveau). Gratification suprême pour les révolutionnaires, dont le premier but est de guerroyer Dieu, avec pour effet la damnation des âmes. Le fait que les hommes d’Église eux-mêmes aient anticipé le désir des autorités de l’État en fermant les portes des églises, atteste la faiblesse de l’Église catholique depuis Vatican II : ils n’émettent aucune protestation contre la fausseté de la « pandémie » de Covid-19, dont les « scientifiques » et les hommes politiques nous rabâchent à satiété qu’elle risque de tuer des millions et des millions de personnes.

 

Quel mensonge éhonté ! Voilà maintenant près de dix mois de statistiques prouvant que la dangerosité du coronavirus dépasse à peine, voire n’atteint pas, celle d’un virus moyen de grippe hivernale. N’est-ce pas là une conspiration du côté de nos « autorités » scientifiques, médicales et politiques qui, seules, ont résolu de créer puis maintenir un état de panique parmi les gens aux fins de mieux les manipuler ? (La peur est un moyen bien connu pour manipuler). La Révolution vient de Satan, qui est « menteur et père du mensonge » (Jn. VIII, 44). Cette abjection dans le mensonge doit se poursuivre donc en novembre avec un deuxième verrouillage, qui devrait s’achever au début de l’année, et un troisième Covid 21 annoncé pour plus tard dans la nouvelle année. Si à ce moment-là ces mêmes autorités craignent que l’épouvantail-19 ne fasse plus peur, elles sont capables de lâcher pour leurs fins iniques un virus autrement plus grave.

 

Au début de l’été prochain le Canada prévoit de recourir une nouvelle fois à l’économie pour placer la prochaine pièce de cette révolution. Il s’agit d’un « programme de revenu de base universel », calculé pour permettre au gouvernement de contrôler les revenus de chaque individu en rendant tous les agrégats monétaires exclusivement digitaux et en visant une répartition de l’argent aussi égalitaire que possible. Rappelons que l’égalité prend une place majeure dans le rêve contre-nature de la Révolution : éliminer toute variété et toute hiérarchie que Dieu a instaurée dans sa création. Le contexte prévu devrait être un effondrement économique global forçant les gens à s’engager dans un « Programme mondial de remboursement de la dette », par lequel le Fonds Monétaire International de Mammon fournirait tout l’argent nécessaire pour rembourser les dettes personnelles de chaque citoyen (hypothèques, prêts, cartes de crédit, etc.), en contrepartie d’une renonciation définitive à la propriété de tous biens et actifs monétaires personnels. D’autre part, chaque citoyen devra accepter aussi une double vaccination afin de le « protéger » contre les infections Covid-19 et Covid-21. Dans ce projet de mettre fin à la propriété privée, nos lecteurs reconnaitront à la fois un des objectifs majeurs inscrits dans le Protocole des Sages de Sion, mais aussi ce que certains appellent « l’essence du communisme ». En ce qui concerne les vaccinations, ils se rappelleront une citation d’Henry Kissinger datant de plusieurs décennies : « Lorsque le peuple accepte de se faire vacciner, la partie est gagnée ». En clair, Kissinger prévoit le triomphe complet et définitif de la Révolution. Ces pauvres révolutionnaires ne savent pas qui est Dieu.

 

Cependant, ils sont tellement convaincus de leur victoire finale que les Canadiens qui refuseraient d’entrer dans ce nouvel ordre des choses seront détenus indéfiniment dans de nouveaux « cantonnements de confinement » (en train d’être construits maintenant à la hâte), jusqu’à ce qu’ils manifestent leur acceptation. La raison avancée est bien sûr, qu’en refusant les vaccinations, ils constitueraient une « menace pour la santé publique ».

 

Toujours ce même principe du mensonge, comme quoi les autorités auraient un réel souci de notre santé. Mais ne craignez pas, petit troupeau (Lc. XII, 32), vous qui aimez vraiment Dieu : Le Seigneur a prévu de vous donner Son Royaume ; et tous les différents Sages du monde, ou de Sion, n’y peuvent rien.

 

Kyrie eleison.

 

19 décembre 2020

Mgr Richard Williamson

Numéro DCCI (701)

Christian Perronne au Défi de la vérité : ses premiers mots après sa mise à l'écart