Saint François d'Assise et son ange gardien

Les Anges 

 

Les Anges sont présents partout dans la Sainte Écriture et dans l’Histoire de l’humanité.

Pour commencer ce cours sur les Anges, voici sur ce merveilleux sujet un extrait de l’ouvrage de Mgr Lefebvre : Itinéraire spirituel (1990) :

« L'existence des anges, leur perfection, leur activité, la chute des mauvais anges, l'influence des anges auprès de nous et dans le monde, tout cela nous est révélé par la sainte Écriture et la Tradition et rentre dans l'objet de notre foi.

Combien grand est le préjudice causé à nos âmes par l'oubli de ce monde spirituel des anges plus nombreux que les hommes, plus parfaits qu'eux. L'influence des anges bons ou mauvais sur nos âmes est beaucoup plus importante que nous le pensons. Le seul fait que nous ayons un ange gardien qui veille sur nous tout en contemplant la face de Dieu devrait nous encourager à converser avec lui, à faire appel à ses secours pour qu'il nous aide à conquérir la vie éternelle et à partager son bonheur.

Nous sommes plus tentés de croire à l'influence des mauvais anges que des bons. Efforçons-nous donc de pénétrer le monde merveilleux de tous ces esprits remplis de la lumière et de la charité de l'Esprit-Saint, brûlants d'amour pour Dieu et pour le prochain.

Ces esprits angéliques ont une intelligence et une volonté beaucoup plus parfaites que les nôtres. C'est pourquoi leur acceptation de participer à la gloire de Dieu ou leur refus furent définitifs. L'orgueil de ceux qui crurent atteindre cette gloire par eux-mêmes les précipita en Enfer pour toujours.

Notre attitude vis-à-vis des démons, soit dans notre vie intérieure personnelle, soit dans notre activité pastorale, doit être conforme à la pensée et à la Tradition de l'Église. A ce sujet, aimons à relire les prescriptions du Rituel qui nous donne de précieux et sages conseils.

L'influence accrue des démons en ces temps de désordre, l'abandon de la pastorale des exorcismes de la part du clergé progressiste, provoquent un afflux de demandes de secours auprès des prêtres de la Tradition.

Notre attitude dans ce domaine sera d'une grande prudence et sagesse : d'abord éliminer les cas qui relèvent de la médecine ; exiger la pratique religieuse traditionnelle, spécialement l'assistance fréquente au saint sacrifice de la Messe, le sacrement de pénitence, la récitation du Rosaire, la prière à saint Michel Archange, puis le petit exorcisme de saint Michel, enfin rarement le grand exorcisme.

Au cours de ces exorcismes, ne jamais poser de questions indiscrètes, ne jamais entrer en conversation avec les démons, mais leur commander impérativement à la manière des prières du grand exorcisme.

Les démons sont très intelligents et fourbes, ils excitent la curiosité, pour en arriver lentement mais sûrement à envoûter le prêtre exorciste et finissent par lui faire accomplir leurs volontés en imposant des actes généralement bons, pour en arriver à des actes mauvais lorsqu'ils dominent les volontés. Il faut donc refuser tout dialogue ; c'est ainsi que Satan a perverti Ève qui a accepté le dialogue.

Sachons limiter cette pastorale, qu'elle ne devienne pas envahissante, c'est encore un des buts des démons pour nous empêcher d'accomplir notre apostolat.

Cette pastorale doit concourir à notre sanctification et non nous troubler et nous attirer au péché. »

******

En l’honneur de l’Immaculée Mère de Dieu, Reine des Anges, voici le Traité des Anges exposé dans le Catéchisme de la Somme théologique du père Thomas Pègues O.P.

Paru voici un siècle à la fin de la Grande Guerre en 1918, cet ouvrage met à la portée de tous les fidèles catholiques l’enseignement du Docteur Commun, saint Thomas. 

*****

Les Anges : leur nature

Pourquoi Dieu a-t-il voulu qu’il y eût de purs esprits dans l’œuvre faite par lui ?

Dieu a voulu qu’il y eût de purs esprits dans l’œuvre faite par lui parce qu’ils devaient être le couronnement de cette œuvre (q. 50, a. 1).

Qu’entendez-vous quand vous dites que les purs esprits devaient être le couronnement de l’œuvre faite par Dieu ?

J’entends qu’ils en sont la partie la plus haute, la plus parfaite et la plus belle (Ibid.).

Pourriez-vous me dire quelle est la nature des purs esprits ?

Oui, les purs esprits sont des natures ou des substances qui existent libres de tout corps et de toute matière (q. 50, a. 1-2).

Ces purs esprits sont-ils en très grand nombre ?

Oui, ces purs esprits sont en très grand nombre (q. 50, a. 3).

Leur nombre dépasse-t-il le nombre de toutes les autres natures créées ?

Oui, leur nombre dépasse le nombre de toutes les autres natures créées (Ibid.).

Pourquoi fallait-il qu’ils fussent si nombreux ?

Parce qu’il convenait que ce qu’il y avait de plus beau l’emportât en grandeur sur tout le reste dans l’œuvre de Dieu (Ibid.).

De quel nom s’appellent ordinairement ces purs esprits ?

On les appelle des anges.

Pourquoi appelle-t-on les purs esprits du nom d’anges ?

Parce qu’ils sont les messagers dont Dieu se sert pour administrer le reste de son œuvre.

Est-ce que les anges peuvent prendre un corps comme nous ?

Non, les anges ne peuvent point prendre un corps comme nous et, si quelquefois ils ont pu se montrer revêtus d’un corps, ils n’en avaient que l’apparence extérieure (q. 51, a. 1 à 3).

Les anges existent-ils quelque part ?

Oui, les anges existent quelque part (q. 52, a. 1).

Où est le lieu ordinaire des anges ?

Le lieu ordinaire des anges est le ciel (q. 61, a. 4).

Les anges peuvent-ils aller d’un lieu à un autre ?

Oui, les anges peuvent aller d’un lieu à un autre (q. 53, a. 1).

Est-ce qu’il leur faut du temps pour aller d’un lieu à un autre ?

Les anges peuvent se porter d’un lieu à un autre, seraient-ils les plus opposés, quasi instantanément (q. 53, a. 2).

Peuvent-ils aussi quitter lentement un lieu et se rendre lentement dans un autre selon qu’il leur plaît ?

Oui, ils peuvent aussi quitter lentement un lieu et se rendre lentement dans un autre selon qu’il leur plaît, leur mouvement n’étant qu’une application successive de leur vertu ou de leur action à divers êtres ou aux diverses parties d’un même tout (q. 53, a. 3).

Les Anges : leur vie intime

 En quoi consiste la vie des anges selon leur nature de purs esprits ?

La vie des anges, selon leur nature de purs esprits, consiste à connaître et à aimer.

Quelle sorte de connaissance se trouve dans les anges ?

Dans les anges se trouve la connaissance intellectuelle (q. 54).

N’y a-t-il point dans les anges la connaissance sensible comme chez nous ?

Non, il n’y a point dans les anges de connaissance sensible comme chez nous (q. 54, a. 5).

Pourquoi n’y a-t-il pas dans les anges de connaissance sensible comme chez nous ?

Parce que la connaissance sensible se fait par l’intermédiaire du corps et que les anges n’ont point de corps (Ibid.).

La connaissance intellectuelle des anges est-elle plus parfaite que notre connaissance intellectuelle ?

Oui, la connaissance intellectuelle des anges est plus parfaite que notre connaissance intellectuelle.

Pourquoi dites-vous que la connaissance intellectuelle des anges est plus parfaite que notre connaissance intellectuelle ?

Parce qu’ils n’ont pas, comme nous, à puiser leur connaissance dans le monde extérieur et qu’ils saisissent toute la vérité d’un seul regard de leur esprit sans avoir besoin comme nous de raisonnement (q. 55, a. 2 ; q. 58, a. 3-4).

Les anges connaissent-ils toutes choses ?

Non, les anges ne connaissent point toutes choses ; car ils ont une nature finie : et Dieu seul, parce qu’il est infini, connaît toutes choses (q. 53, a. 1 à 3).

Connaissent-ils tout l’ensemble des créatures ?

Oui, ils connaissent tout l’ensemble des créatures, leur nature de purs esprits demandant qu’il en soit ainsi (q. 55, a. 2).

Les anges connaissent-ils tout ce qui se passe dans le monde extérieur ?

Oui, les anges connaissent tout ce qui se passe dans le monde extérieur, les idées de leur esprit leur manifestant ces choses à mesure qu’elles se réalisent (Ibid.).

Connaissent-ils les pensées des cœurs ?

Non, les anges ne connaissent point les pensées des cœurs ; parce que ces pensées, étant libres, ne rentrent pas dans l’enchaînement nécessaire des événements extérieurs (q. 57, a. 4).

Que faut-il pour que les anges connaissent les pensées des cœurs ?

Il faut que Dieu les leur révèle, ou que le sujet lui-même les fasse connaître (Ibid.).

Les anges connaissent-ils l’avenir ?

Non, les anges ne connaissent point l’avenir, à moins que Dieu ne le leur révèle (q. 57, a. 3).

Quelle sorte d’amour y a-t-il dans les anges selon leur nature ?

Il y a dans les anges, selon leur nature, un amour parfait de Dieu, d’eux-mêmes et de toutes les créatures, à moins que le péché, dans l’ordre surnaturel, ne dénature ce qu’il y a de libre dans leur amour d’ordre naturel (q. 60).

A suivre...