LE MONDE TRANSFORMÉ

Mgr Richard williamson

(Commentaire eleison - 28 mars 2020)

 

Numéro DCLXIII (663)

 

Si les hommes ici-bas se comportaient en anges,
Nous n’aurions plus pour Dieu une juste louange.

 

Deux événements secouent le monde, le corona-virus et l’effondrement de ce qui a servi depuis, disons, deux siècles, comme système financier du monde. Les deux événements peuvent bien être liés entre eux. Plusieurs commentateurs font même mention du Bon Dieu, au moins à propos de l’extension mondiale du virus, parce qu’il s’est étendu à la manière d’une peste, et aux temps passés où il n’y avait pas d’autre remède pour la peste, les hommes recouraient souvent à Dieu. N’empêche, à coup sûr ce Dieu qui n’a point changé depuis lors joue dans les deux événements d’aujourd’hui un rôle bien plus important que la majorité des gens ne pensent.

Est-ce à dire qu’Il est la cause directe de l’extension mondiale du virus ? Directe non, mais indirecte oui, parce qu’Il a prévu depuis l’éternité que cela arriverait, et Il a décidé de le permettre. Et quel bien plus grand aura-t-Il voulu permettre pour qu’il suive le mal de l’infection ? On a vu les gouvernements de beaucoup de pays imposer aux mouvements de leurs citoyens des restrictions tellement draconiennes que ces pays sont virtuellement paralysés. Cela a l’effet d’offrir à ces citoyens une possibilité sérieuse d’abord de se rendre compte à quel point le fonctionnement tant vanté de leurs pays modernes est de fait plus que fragile, tandis qu’eux-mêmes ils ne sont pas tellement maîtres de la réalité comme ils ont pu le penser ; et ensuite l’interruption grave de leur train-train quotidien leur fournit le temps nécessaire et une occasion sans pareil de réfléchir sur le matérialisme de ce train-train : Qui suis-je ? Qu’est-ce que la vie ? Qu’est-ce que j’en fais ? Où vais-je ? Hélas, tant de citoyens modernes aussi providentiellement ralentis ne chercheront qu’à remettre le pied sur l’accélérateur pour se distraire de ces pensées capables de suggérer qu’il y ait quoi que ce soit de plus important que leur train-train si captivant . . .

Autre raison pour laquelle ce n’est pas nécessairement le Bon Dieu qui ait causé directement le virus, c’est le grand nombre de gens sérieux qui se demandent si le virus vient non pas de la Nature venant de Dieu mais plutôt de laboratoires fabriqués par les hommes, où les virus de la Nature sont artificiellement rendus beaucoup plus puissants et contagieux pour qu’ils servent d’armes de guerre. Et si c’est bien de là que vient le corona-virus, à qui les hommes peuvent-ils s’en prendre si ce n’est à d’autres hommes ?

Et puis outre l’origine du virus, il y a sa fuite qui fait problème : comment a-t-il pu s’échapper des laboratoires de manière à empester le monde entier ? Fut-ce un accident, ou bien l’a-t-on lâché délibérément ? Là encore beaucoup de braves gens estiment qu’il ne s’agit d’aucun accident, mais plutôt d’un crime organisé pour coïncider avec l’effondrement du système financier du monde, lui aussi organisé. De deux façons le virus devait aider cet effondrement : d’abord il paralyserait ne fût-ce que brièvement le fonctionnement normal des économies du monde, en entraînant des banqueroutes sans nombre et une aggravation partout de l’endettement et de la réduction en esclavage à la Puissance de l’Argent ; et ensuite le virus pourrait servir pour exciter une panique que les médias de ces mêmes Mondialistes exagéreraient à leur gré pour distraire l’humanité de l’avance importante de son esclavage. En tout cas, si le krach financier était délibéré, l’arrivée du virus en même temps était pour tout le moins une aubaine pour ceux qui étaient derrière le krach.

Et alors y a-t-il, y a-t-il eu, quelqu’un derrière le krach du mois de mars qui n’est point encore fini ? Mais bien sûr ! La Puissance de l’Argent, ayant les gouvernements à sa botte, dispose de sommes d’argent si importantes qu’elle peut faire monter ou baisser les bourses du monde, supposément libres, comme elle veut, et des krachs comme celui du mois de mars sont faits pour transférer des petits investisseurs leurs richesses aux Puissants de l’Argent. Dans ce cas-ci, ceux-ci ont créé à partir de 1987 des bourses qui pendant 33 ans n’ont fait essentiellement que monter pour attirer les petits investisseurs, et une fois que ceux-ci avaient bien avalé l’hameçon, ces Puissants ont fait faire krach aux bourses, en sorte que les petits perdent tout leur avoir tandis qu’eux-mêmes font fortune, en ayant parié sur le krach qu’ils ont manigancé. Et les gouvernements protègent cette Puissance de l’Argent qui les a achetés depuis belle lurette.

Et le Bon Dieu où est-Il en tout cela ? – « Mes enfants, si vous insistez à adorer Mammon et le matérialisme à ma place, voilà ce qui va vous arriver. Vous avez méprisé Ma religion pour la remplacer par la politique. Vous avez adoré vos gouvernements au lieu d’adorer Moi-même. Vous avez préféré croire en l’argent qu’en la pratique de la charité envers vos semblables. Et vous vous surprenez maintenant que la politique, les gouvernements et l’argent vous trahissent ? Ou bien vous vous vexez que Moi je leur aie permis de vous trahir ? Mes enfants, ce que Moi Je vous offre, c’est le Paradis, et pour toute l’éternité ! »

 

Kyrie eleison.