LA FORCE

Préambule à une étude sommaire

Dès la vigile de la Pentecôte et jusqu’au 6 juin, des articles paraîtront sur le sujet suivant : la force.

C’est à dessein que nous avons choisi ce sujet car il est de grande importance, surtout de nos jours où la faiblesse en tous genres a remplacé la vertu de force. Les caractères sont flasques, sans nerfs. A la quête de caractères virils, nous voyons des mous, des homme-lettes !

Aussi est-il bon d’avoir des notions claires, nettes, sur les vertus et les dons.

« La vertu est une puissance de l’âme, une force qui la dispose à agir ; non pas au même titre que les facultés (intelligence et volonté), mais une qualité affectant ces mêmes facultés pour les rendre plus promptes à l’action et à l’action bonne, c’est-à-dire conforme à la règle des mœurs qui oriente la destinée humaine. (…) On peut la définir d’un mot : une prédisposition habituelle à faire le bien. » (RP Sineux, Initiation à la théologie de saint Thomas)

Les vertus sont classifiées en vertus intellectuelles, morales et théologales.
La force (dont il s’agira par la succession des articles) est à la fois vertu cardinale et don du Saint-Esprit.

« Les vertus cardinales réglementent les mœurs, autrement dit le comportement et la conduite des hommes. Au nombre de quatre, à savoir la prudence, la justice, la force et la tempérance, ainsi appelées cardinales car elles font figure de centres autour desquelles les puissances actives se rassemblent et évoluent comme les satellites autour d’un astre principal et se meuvent dans son atmosphère. » (RP Sineux, op. cité)

Ces vertus s’acquièrent et se perfectionne par le travail humain, et sont rehaussées par et sous l’influence de la grâce.

Quant aux dons du Saint-Esprit, ils sont donnés directement par Dieu et l’homme est agi, mu, plutôt qu’il n’agit lui-même. Ainsi le don de force nous confie à la protection de Dieu.

« Tel le marin qui, ne pouvant parvenir au port à force de rames, tend sa voile et se laisse doucement pousser par la brise, l’âme humaine s’épuiserait en vains efforts à vouloir voguer seule vers l’éternité : le souffle céleste passe alors et l’emporte, pourvu seulement qu’elle s’y livre sans résistance. » (RP Sineux, op. cité)

Après ce bref aperçu, voici les prochains articles qui seront mis sur le site :


30 mai : Avec saint Tomas d’Aquin : Quelles sont les parties de la force ?
1er juin : Dieu ne change pas – « La force de Dieu, c’est son immutabilité »

2 juin : Supporter et attaquer
3 juin : Les dons du Saint-Esprit (catéchisme)
4 juin : La force est-elle un don ?
5 juin : Jésus, Modèle de douceur et de force

6 juin : Avec saint Thomas d’Aquin : Le Martyre

 

 

 

Abbé Dominique Rousseau

29 mai 2020