En temps de tyrannie,

quelques conseils

Par les mots prononcés depuis son fauteuil, le président Macron a poursuivi ce 12 juillet 2021 la course à la folie. Il avait dit en mars 2020 que nous étions en guerre. Oui il l’a bien dit et à travers le tapis des mensonges, il déroule le programme anti-Christ.

Lois iniques adoptées contre la famille, la vie, la société, la santé… que restera-t-il après un quinquennat lamentable ? Dieu le sait et nous savons avec certitude qu’il se rit de ces prétentieux orgueilleux qui prétendent, du haut de leur tabouret instable, Le remplacer en imposant avec morgue et mépris leurs lois diaboliques. Ils périront en enfer s’ils ne se convertissent !

 

L’ennemi du genre humain, le diable avec ses suppôts, est menteur et homicide, selon l’enseignement du Divin Maître, Jésus-Christ.

Retraites-assurance-chomage-L-allocution-d-Emmanuel-Macron-un-discours-de-droite.jpeg
Immaculate-Heart-of-Mary_1.jpeg
quelles-sont-les-grandes-etapes-de-la-revolution-francaise.jpeg
IMG_2525.HEIC

Donc que le prêtre fidèle qui est apte à instruire et prêcher, absoudre et dire la messe aille jusqu’au bout de son pouvoir et de sa grâce de prêcher et d’instruire, de pardonner les péchés et d’offrir le saint sacrifice dans le rite traditionnel[1].

Que la sœur enseignante aille jusqu’au bout de sa grâce et de son pouvoir de former les jeunes filles dans la foi, les bonnes mœurs, la pureté, les belles-lettres.

 

Que chaque prêtre, chaque laïc, chaque petit groupe de laïcs et de prêtres, ayant autorité et pouvoir de former un petit fortin d’Église et de chrétienté aille jusqu’au bout de ses possibilités et de son pouvoir.

 

Que les chefs de fortin et les occupants ne s’ignorent pas et communiquent entre eux.

Que chacun de ces fortins, protégé, défendu, entraîné, dirigé dans sa prière et ses chants par un autorité réelle, devienne autant que possible un bastion de sainteté : voilà qui assurera la continuité certaine de la vraie Église et préparera efficacement les renouveaux pour le jour qui plaira au Seigneur.

 

[1] - « Il va sans dire que l’exercice de ces pouvoirs n’est pas invalidé par le vacatio legis quand elle survient dans l’Église. » (...)