Crainte de Dieu ?


La peur est une émotion qui accompagne la prise de conscience d’un danger, d’une menace. 
Les synonymes : crainte, effroi, épouvante, frayeur, terreur.

Autant de mots pour qualifier l’attitude de certains prêtres de la FSSPX ce dernier dimanche mais aussi pendant ce temps coronavirien mené par le gouvernement et les ennemis de Dieu.

Dans la définition de la peur, il y a 'prise de conscience d’un danger'. Quel est-il ce danger, s’il y en a un ? Serait-ce celui des autorités qui perturbe ? En 1977, l’abbé Coache et Mgr Ducaud-Bourget ont-ils eu peur de Mgr Marty et de la Ville de Paris pour reprendre l’église Saint-Nicolas du Chardonnet afin de rendre ce bel édifice au culte divin ?

En 2020, des prêtres ont été couards pendant cette période, enfin pas tous. Certains ont été d’un grand courage en bravant tout interdit et en apportant avec eux les sacrements.

Mon Dieu donnez-nous des prêtres.

Mais aujourd’hui que les messes sont de nouveau accessibles au public, on nous oblige à nous museler avec un masque.

Est-ce de la surveillance ? Lors d'une messe dimanche dernier à St-Nicolas, 24 mai, une furie s’est montrée choquée en voyant une dame. Celle-ci n'avait-elle pas de mantille ? Non, elle n'avait pas de masque ! Sa réaction a fait tant de bruit que cette paroissienne a dû sortir et n’a pu suivre sa messe dominicale. Aucun prêtre n’est venu à son aide.

Mon Dieu donnez-nous des prêtres.

Ces pauvres prêtres sont tombés sur la tête, ils sont comme dans cette bande dessinée gauloise, ils ont peur que le ciel leur tombe sur la tête.

Un exemple encore ? Tel prêtre de la FSSPX aussi, ce même dimanche 24 mai, a célébré la messe avec une muselière. La messe était célébrée en plein air. La peur du ridicule ne tue plus…

Mon Dieu donnez-nous des prêtres.

Où est la foi dans ces agissements ? ces prêtres ressemblent aux apôtres avant la Pentecôte. Ils ne sont pas enfermés dans le Cénacle, mais ils sont murés dans leur peur. Ils ne vivent pas selon le don de crainte de Dieu, ils sont enfermés dans la crainte servile, celle du chien face à son maître…

Mon Dieu donnez-nous des prêtres. Et que ces prêtres soient des hommes !

Prions que la grande fête de la Pentecôte leur ôte cette peur et que chacun aille prêcher la bonne parole ! Que chacun loue Notre Seigneur Jésus Christ, Grand Roi des Rois !

Que nos prêtres ouvrent en grand leurs églises !


Qu’ils parcourent les rues comme Notre-Seigneur lors de ses trois années de vie publique.


Qu’ils soient dignes de leur livrée et de leur sacerdoce.
Qu’ils montent à l’autel en disant ces paroles de tout leur cœur :

« Introibo ad altare Dei » et nous répondrons tous en chœur :

« Ad Deum qui lætificat juventutem meam.»

Que la peur disparaisse et laisse place à la bravoure !


Martin Dalbanne
28 mai 2020